ntyuy

des pistes concrètes d'opérationnalisation des axes du WDR 2016, qui sera présenté à Washington, en octobre prochain.

WDR2016 : Internet for Development
Edité chaque année par la Banque mondiale, le WDR est un document de référence qui fait un bilan de l’avancée du développement dans le monde, lui permettant ainsi d’orienter sa stratégie d’accompagnement au développement et de réduction de la pauvreté. En 2016, l’institution a choisi d’analyser l’impact d’internet sur la croissance économique, les progrès sociaux et l’efficience du service public. Ainsi, le rapport portera l’intitulé « Internet for development ».
Pour travailler en ce sens, la Banque Mondiale et l'Agence Française de Développement ont fait appel aux équipes de l’OCDE, de KFW, d’OpenData Institute, de Rockfeller Foundation, de Google, de Microsoft, d’Alcatel Lucent et de QuickDo, qui ont tous participé à une séance de travail sur le sujet. 

 

Quatre tables rondes pour répondre aux questions posées par l’avènement d’internet dans le monde

WDR2016 1

Le workshop qui s’est tenu à Paris s’intitulait « From ideas to actions ». Il a vu plusieurs spécialistes du numérique réfléchir à des actions concrètes et opérationnelles à proposer dans le WDR 2016. Faisant le tour de la question du numérique au service du développement, les quatre tables rondes intitulées « Accès au numérique : faire d’internet un produit abordable, accessible, ouvert et sécurisé », « Des bases analogiques pour l’économie digitale », « Fourniture de services numériques : renforcer la capacité des gouvernements et autonomisation des citoyens au sein de la société digitale » et « Perspectives : construire le développement dans un monde connecté » ont nourri le débat entre les nombreux acteurs présents.

Partant du postulat qu’internet a été un facteur décisif dans le développement de nombreux pays tandis que d’autres n’en ont que très peu bénéficié, les experts ont déduit la nécessité de pallier à ce phénomène de développement à deux vitesses en aidant les pays  en développement à davantage intégrer internet dans leur processus de développement et en identifiant les réformes à mettre en oeuvre dans les secteurs de l’information et de la communication.

Dominique Buende : les start-ups et les entreprises privées au service du secteur public

WDR2016 3

Dans son intervention lors de la troisième table ronde intitulée « Fourniture des services fondamentaux : renforcer la capacité des gouvernements et autonomisation des citoyens au sein de la société numérique », Dominique Buende, CEO de la société QuickDo, a insisté sur la nécessité de privilégier une approche en rupture « bottom-to-top » partant du besoin vers la norme et de la norme vers la régulation, avec une implication forte du secteur privé et des

start-ups.

« Plutôt que d’inciter et de dépenser dans l'accompagnement des les gourvernements des pays en développement à la conception et la fourniture de services numériques prioritaires (santé, éducation, protection sociale, etc.) , pourquoi ne pas soutenir les start-ups et les acteurs privés locaux qui fournissent déjà ces services ? » s’est-il interrogé.
Faisant appel à des références concrètes pour illustrer ses propos – une dizaine de start-ups et d’initiatives du Sud telles que CardioPad, Quelasy, I paid a bribe, Cut and paste, Ushahidi, FireChat, MôhNiBah, ou encore QuickDo-BookBox – il a suggéré trois axes de travail pour les gouvernements africains :
 Ouvrir les données (cf. Etalab)
 Faciliter l’accès des start-ups à la commande publique
 Renforcer le dialogue au niveau décisionnel avec les start-ups (cf. JeuDigital)

Il a également exhorté les institutions tes que l'AFD ou la Banque Mondiale à augmenter les initiatives directes à destination des start-ups, à labéliser les initiatives IT ayant un impact conséquent sur le développement et à créer des synergies entre acteurs privés/publics. 
Pour conclure son propos, il a préconisé l’intégration dans le WDR 2016 d’un paragraphe « Actions for development » qui recensera les initiatives et solutions portées par les acteurs privés et pouvant rapidement être mises en oeuvre dans les pays en développement.

WDR2016 4 

Au terme de la première journée du workshop, les participants ont pu continuer les échanges autour d'un diner convivial

Par Vanessa Lébéka

Actualités

  • MTN Congo et QuickDo s'allient

    Pour un meilleur accès des congolais à l’éducation et à la culture et pour le développement local du e-commerce, MTN Congo a signé un partenariat d’exploitation exclusive au Congo des services de la startup française QuickDo, notamment son innovation QuickDo-BookBox. Plusieurs fois primée, la solution de bibliothèques numériques s'adresse aux écoles, universités et centres culturels. Ce rapprochement permettra à la startup de déployer rapidement des bibliothèques dans l’ensemble du territoire ...

    Lire la suite...  
  • QuickDo, francophone et créActif

    Du 20 au 23 juillet 2015, le forum mondial de la langue française (FMLF) a fédéré à Liège, plus de 1500 francophones venus de tous horizons. Initiative de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), cette deuxième édition, intitulée « Créactivez-vous », avait pour objectif la promotion de la langue française et la mise en exergue de projets innovants portés par des francophones. C'est dans ce cadre que la société QuickDo a présenté son innovation QuickDo-BookBox de diffusion de contenus numériques en Afrique.

    Lire la suite...  
  • Contribution au WDR2016

    Banque Mondiale et Agence Française de Développement : un workshop pour opérationnaliser le World Development Report 2016 (WDR)

    Les 23 et 24 juin derniers, la Banque mondiale et l’Agence française de développement (AFD) ont réuni autour d’elles experts, chercheurs et acteurs publics et économiques pour nourrir une réflexion sur l’impact d’internet sur le développement. De par leurs différentes contributions, les participants ont permis de proposer ...

    Lire la suite...